Encore une page avec la traditionelle liste des pilotes Allemands qui ont revendiqué plus de 100 victoires ? Oui , mais pas seulement. Aprés avoir visité de nombreux sites je suis resté sur ma faim, je n'y ai trouvé qu'une liste sans beaucoup de commentaires et de détails, souvent copiée d'un site à l'autre, alors pourquoi ces nouvelles pages ? pour avoir sous les yeux des informations sur les scores et la progression d'un pilote , sur les unités dans lesquelles il a volé, etc., et savoir quelle tête il a ! informations que je collecte depuis des années sur des feuilles volantes ..., bref il était temps de faire moderne et de mettre çà dans le site.

Les grands As de la Luftwaffe sont comme un passage obligé à celui qui s'intéresse à l'aviation de combat depuis le plus jeune age, age où seuls les exploits extraordinaires comptent, qu'ils soient vrais ou pas Je suis tombé sur cette liste un jour, il y a longtemps, dans une revue appelée << L'histoire pour tous >>, dans un article écrit par un certain steve Stylvoel étaient indiqués leur nom, leur score leurs unités. Depuis, j'ai cherché à en savoir toujours plus sur ces pilotes.Ces données sont disponibles dans différents ouvrages mais aucun à ma connaissance ( mais je ne prétend pas les connaître tous ! ) ne les recense systématiquement avec une ou plusieurs photos du pilote et de ses avions, un peu comme dans << Finnish fighter aces >> de Kaveli Keskinen, Kari Stenman et Klaus Niska aux Úditions Apali. Bref il reste donc encore un livre à écrire sur les Experten !

Celà me permet également de me rendre compte des maquettes qu'il me reste à monter !

Quelques explications sur la colonne << Remarques >> que tu trouveras dans les pages suivantes : La ligne du haut indique les unités dans lesquelles a servi le pilote, ( 9/JG 52 signifie la 9ème escadrille de l'escadre de chasse N° 52, Staffelkapitan signifie chef d'escadrille, I/ JG 52 signifie Premier groupe de l'escadre de chasse N° 52, Kommodore ou Kommandeur signifie commandant de l'unité ), la seconde ligne indique la progression des victoires du pilote.

Les scores sont très nettement supérieurs à ceux de tous les autres pays en guerre, les sceptiques penseront que ce n'est pas possible, que celà n'a servit qu'à aider la propagande. Il y a sans doute du vrai dans cette explication, mais celà ne permet pas de justifier les pertes énormes subies par l'aviation soviétique notament. En fait il n'est pas possible de faire de généralité et de créditer ou de nier en bloc; mais il est préférable de se pencher sur la carrière d'un pilote pour émettre des conclusions sur la validité de son score.

Si on peut faire des généralités ce serait pour dire que les pilotes allemands ont bénéficié d'atouts au début de la guerre qui leurs ont permis de garder la main pendant quelques années. Ces avantages ce sont de meilleures tactiques que leurs adversaires, une bonne formation des élèves pilotes et ensuite une énorme expérience acquise au long des campagnes, de très bons avions, un armement puissant, l'initiative laissée à ceux qui ont fait leurs preuves. Ces éléments combinés à l'écho fait aux exploits des as a donné au pilote allemand une très grande confiance en lui.

Les as de 203 à 352 Victoires

Les as de 197 à 150 Victoires

Les as de 120 à 146 victoires

Les as de 101 à 118 victoires

 

Les textes et récits des as

 

Les progressions des As

 

Sources

 

 

RETOUR

Les raisons pour lesquelles la plupart des grands as se sont révélés sur le front Est sont dues aux conditions du combat sur ce théatre d'opération : emploi par les soviétiques de masses d'avions d'appui vulnérables ( sans escorte au début de la guerre ) et de pas mal de chasseurs moins performants que leur ennemi; fréquence élevée des missions de combat, proximité des bases et des lieux de combat, en effet les allemands ne s'aventurent pas souvent derrière les lignes Russes, et s'ils le font restent peu éloignés afin de pouvoir planer jusqu'à leurs lignes en cas de pépin, faible altitude et proximité de la ligne de front permettant la confirmation au sol en cas de doute ( normalement seul le témoignage d'un autre pilote suffit ). Les missions sont menées par des paires ( rotte ) ou des section de quatre avions ( schwarm ) rarement plus, ce qui soit dit en passant va dans le sens de la validité des scores : on considère souvent que la surevendication augmente avec le nombre de pilotes engagés dans un combat.

De plus, voir dans un monde où la concurence entre as joue à fond, et où seuls ceux qui tirent sont les leaders chevronnés, un nouveau venu n'ayant pas fait ses preuves, s'inventer des victoires par dizaines, est difficile à imaginer.

Ainsi la progression du score de certains d'entre eux pendant des campagnes comme celle dans le Sud-Ouest et le Caucase en 1942, ou des batailles comme celle de Koursk est simplement ahurissante. Certains pilotes n'ont rejoint le front Est qu'en 1943 et comptent quand même plus de 100 victoires ! Une quinzaine des pilotes de la liste seulement a réalisé le même exploit sur le front Ouest, et ceux-là ont presque tous combattu sur une longue période. Certains ont combiné des victoires multiples sur plusieurs fronts, avec la même régularité tant en Finlande que sur le front de Normandie. Donc les cas sont diverss et la généralité est impossible. En ce qui concerne la carrière d'un pilote, la période de la guerre passée au front et l'endroit où il a combattu sont des éléments qui peuvent permettre d'avoir un avis sur son score.

Par exemple : Josef Priller, 101 victoires; toutes sur le front Ouest entre 1940 et 1944. Les pilotes de ce front ont combattu dans des conditions très différentes de leurs camarades du front Est, ou plutôt dans un autre confort... Ce confort comprend sans doute un système de vérification des victoires plus perfectionné, de plus beaucoup de ses victoires sont tombées en terrain ami. Je pense donc que son score est réel. Aprés la guerre un pilote Anglais sceptique aurait effectué des recherches, et aurait pu confirmer précisemment la plupart de ses victoires.

Deuxième exemple : Théodor Weissenberger revendique 208 victoires à la fin de la guerre; examinons sa progression : 11 en 8 sorties en Avril 1944, 9 en 11 sorties en Mai, 10 en 5 sorties en Juin et 15 en 13 sorties en Juillet; seulement en Avril et Mai il combat dans le secteur Arctique du front Est et en Juin et Juillet c'est sur le front de Normandie( il y obtient sa 200ème le 25 Juillet ). Dans les deux secteurs il progresse de la même manière, et bien que les victoires remportées à l'Est par la JG 5 laissent planer des doutes je pense que Weissenberger qui a longtemps combattu a un score très élevé.

Troisième exemple : Heinz Bar, il remporte sa première victoire le 25/09/1939 contre l'armée de l'Air, participe à la bataille d'Angleterre. La soixantième tombe en Juillet 1941 sur le front Russe ainsi que la centième le 19 Mai 1942. Muté sur le front d'Afrique il remporte 60 victoires supplémentaires avant de revenir en Allemagne et d'y abattre son 200ème le 22/04/1944. Il prend la tête d'une unité sur Me 262 à la fin de la guerre et y ajoute 16 victoires contre les quadrimoteurs américains et leur escorte.La progression de son score est à mettre en parralèlle avec les responsabilités qui lui sont confiées, passant de simple leader en 1939 à la tête de quatre avions à commandant d'escadre en 1945. Il a combattu victorieusement contre la plupart des adversaires de l'Allemagne, ce qui me donne à penser qu'il n'y a là aucune usurpation ou propagande.

Dernier exemple en forme de perspective, deux pilotes sont particulièrement connus et ont plusieurs points communs : Graf et Hartmann. Ils ont été formés avant 1943/1944 époque à partir de laquelle le niveau de formation a sensiblement baissé, Ils ont combattu sur le même secteur du front Est, Ils ont obtenu leur score au sein de la même escadrille : la 9/JG 52, et dernier élément : lorsque Graf est interdit de vol en Octobre 1942 aprés 200 victoires, Hartmann arrive dans l'unité. A la fin de la guerre il comptera 352 victoires revendiquées. Lorsqu'on compare les progressions de leurs scores, on voit très bien qu'elles sont presque identiques. Imaginons maintenant que Graf soit resté jusqu'à la fin de la guerre dans la 9/JG 52 avec la même chance et le même physique, il aurait sans doute continué à revendiquer autant de victoires qu'Hartmann. Combien aurait-il abattu d'avion en Mai 1945 ? sans doute plus de 550 !

Le système de revendication / vérification / homologationation n'a pas toujours été à la hauteur, ainsi les victoires obtenues à la fin de la guerre sont plus difficiles à contrôler que celles du début. Les progression de certains pilotes sur le front Est qui revendiquaient plusieurs avions chaque jour pendant les phases de batailles intenses, avec des progressions ou des retraites de plusieures kilomêtres ont peut-être contribué à gripper le système administratif d'attribution; ce problème se pose de façon moins évidente sur le front Ouest plus statique; d'autre part les victoires de la fin de la guerre sont souvent revendiquées plus qu'homologuées. Ceci fait que le score de certains pilotes, notament ceux qui ont engrangé beaucoup de victoires fin 1944 et en 1945 est probablement constitué de victoires revendiquées ( ce qui ne signifie en rien que ces victoires ne sont pas acquises ), ce problème n'est généralement pas cité dans les ouvrages que j'ai pu parcourir pour rassembler ces informations.

Le cumul des victoires revendiquées par ces pilotes se montent à 15 313 Victoires, pour information les soviétiques ont perdu environs 40 000 avions. Donc cette centaine de pilotes revendique la destruction de 30 % des avions perdus sur le front Est !

Si on appliquait le système qui semble avoir prévalu à la fin de la guerre, c'est à dire tel pilote est crédité des victoires revendiquées plutôt que des victoires homologuées, René Fonck, l'as des as Français de 1914-1918 aurait 127 victoires ! hélas pour lui il ne s'en est vu homologuer que 75.