Extrait de << La JG 27 et son grand as Marseille >> de Jean Yves Lorant, Le fanatique de l'aviation N°114 Mai 1979

Hans-Joachim MARSEILLE, 158 victoires

 

Le 7 février 1942, les blindés de l'Afrika-Korps reprirent Tmimi, au terme d'une série d'offensives victorieuses. La JG 27 fit mouvement sur Martuba, évacué la veille par deux squadrons de Hurricane ..La journée du 8 février devait rester de triste mémoire pour la Royal Air Force.

A 7 h 15, le Leutnant << Jochen >> Marseille, de retour d'une mission d'escorte, était en finale d'approche à Martuba lorsque sa radio lui transmit un message alarmant :

<< - de Martuba au Jaune 14, sept chasseurs ennemis derrière vous ! .. >>

Train et volets rentrés, Marseille piqua aussitôt pleins gaz sur I'aérodrome qu'il traversa a quelques mètres d'altitude. Ayant acquis une vitesse suffisante, le Messerschmitt effectua une ressource brutale et fila vers le ciel, cabré au maximum. A 1000 mètres, il passa lentement sur le dos et s'abattit sur les assaillants. Une brève rafale retentit lorsque le << Jaune 14 >> croisa les Hurricane à plus de 900 km/h de vitesse conjuguée. Surpris, six des chasseurs anglais dégagèrent en éventail ; le septième n'était déjà plus qu'une torche...

Au sol, tout le personnel de la JG 27 avait suivi des yeux I'exploit de << Jochen >>, tous pensèrent qu'a la suite de cette remarquable victoire, il profiterait de sa vitesse supérieure pour éviter ce combat inégal. Il n'en fut rien. Talonné par deux chasseurs anglais, le Messerschmitt réapparut bientôt. Cette fois, les Hurricane groupés par paires, l'attaquèrent méthodiquement, en coordonnant leurs passes par radio. Toujours pleins gaz, Marseille multipliait les chandelles, renversements et ressources pour semer ses poursuivants. Soudain, le bruit du moteur Daimler-Benz s'étouffa... puis reprit, couvert par le fracas de plusieurs rafales. De chassé qu'il était, Marseille était parvenu en excellente position de tir derrière les deux Hurricane qui le suivaient quelques secondes auparavant, en réduisant brusquement son régime et en alternant deux virages. Atteint par plusieurs obus de 15 mm, un chasseur britannique déclencha plusieurs tonneaux, rétablit a quelques mètres du sol et s'écrasa sur le ventre en bordure du terrain.

Les autres " Hurricane. ne donnèrent pas a Marseille l'occasion de faire une troisième victime et disparurent vers leurs lignes. A sa descente d'avion, << Jochen >> fut porté en triomphe jusqu'a la tente d'état-major ou le Kommodore Bernhard Woldenga le félicita dans des termes que I'on peut deviner.

 

RETOUR